Pas besoin de physique, chimie et maths pour les futures admissions en architecture, dit l’AICTE

New Delhi: La physique, la chimie et les mathématiques ne sont plus obligatoires pour l’admission aux cours d’architecture, a déclaré le régulateur de l’enseignement technique All India Council for Technical Education (AICTE) dans son processus d’approbation 2022-23, publié mardi.

Après annonçant l’année dernière que les élèves qui n’ont pas étudié la physique, la chimie ou les mathématiques en classe 12 pourraient désormais demander à être admis dans les programmes d’ingénierie et de technologie – ce qui a provoqué une énorme tumulte – le conseil, dans le processus d’approbation de cette année, a identifié les cours particuliers auxquels cet assouplissement s’appliquera : architecture, technologie de la mode et technologie de l’emballage.

Le cahier d’approbation est un document qui donne un aperçu que les institutions techniques doivent suivre pour leurs qualifications afin d’obtenir et de conserver l’approbation du conseil.

“Un comité a donné sa recommandation sur les cours pouvant bénéficier de l’exception PCM (physique, chimie, mathématiques), et sur cette base, nous avons nommé des cours dans le livre d’approbation de cette année”, a déclaré le président de l’AICTE, Anil Sahasrabudhe, à ThePrint. Des sources au sein du conseil ont déclaré qu’elles ajouteraient à la liste des cours dans les années à venir.

Pour les trois filières sélectionnées, en lieu et place de l’exigence PCM, le conseil a donné une liste de matières scolaires. Les étudiants qui ont réussi leurs examens de classe 12 dans trois de ces matières seront admissibles à l’admission aux programmes.

Outre la physique, la chimie et les mathématiques, les matières restantes comprennent: l’informatique, l’électronique, les technologies de l’information, la biologie, les pratiques informatiques, la biotechnologie, la matière professionnelle technique, l’ingénierie graphique, les études commerciales et l’entrepreneuriat.


A lire aussi : Après les universités centrales, l’UGC veut que les établissements publics et réputés relèvent du CUET


Doué et talentueux

Dans un nouvel ajout, le conseil a cette année prévu des sièges supplémentaires pour les étudiants «doués et talentueux» dans les établissements approuvés par lui.

“Deux sièges surnuméraires seront accordés par l’AICTE dans ses institutions agréées pour permettre aux étudiants doués et talentueux de rechercher des admissions contre ces sièges, ce qui offrira une opportunité motivante et unique à ces étudiants conformément aux recommandations du NEP”, indique le document, faisant référence à la politique nationale de l’éducation.

Le document ajoute que “l’AICTE élaborera des normes pour la sélection des étudiants doués et talentueux dans le cadre d’un quota surnuméraire et l’admission finale sera approuvée par l’AICTE”.

S’adressant à ThePrint à propos de la disposition, Sahasrabudhe a déclaré : “Les étudiants qui ont remporté des distinctions nationales et internationales, ceux qui ont représenté leur État et leur pays dans des compétitions scientifiques et qui ont remporté certains prix, seront qualifiés dans la catégorie des étudiants doués et talentueux.”

Il a ajouté que le conseil a demandé aux collèges de fournir les sièges gratuitement à ces étudiants afin qu’il n’y ait pas d'”entrée dérobée” par les collèges au nom de l’occupation de deux sièges supplémentaires.

Un autre point majeur du processus d’approbation de cette année est la poursuite du moratoire sur l’ouverture de nouvelles écoles d’ingénieurs pour les deux prochaines années. Le ministre de l’Éducation, Dharmendra Pradhan, avait Raconté Parlement en décembre que le conseil avait décidé de poursuivre le moratoire.

Le conseil a déclaré que l’approbation de sièges supplémentaires et l’ouverture de nouvelles institutions ne seront autorisées que dans des domaines émergents, tels que l’impression 3D, la robotique, l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique, entre autres.

Le conseil donne également de la place aux établissements qui ont un taux d’inscription élevé pour permettre une capacité supplémentaire allant jusqu’à 25%. Les établissements qui ont déclaré un taux d’inscription de 95 à 100 % auront une capacité supplémentaire de 25 %, tandis que ceux qui ont déclaré un taux d’inscription de 80 à 95 % pourront admettre 15 % d’étudiants supplémentaires.

(Édité par Rohan Manoj)


A lire aussi : Campus de 400 acres peint avec nostalgie, un creuset asiatique – comment Nalanda 2.0 prend forme


Leave a Comment