Les commissaires de Fargo approuvent les négociations avec l’usine proposée de Casselton pour les services – InForum:

FARGO – La commission municipale de Fargo a approuvé la poursuite des négociations avec l’usine proposée par North Dakota Soybean Processors près de Casselton pour un important projet de service des eaux usées.

Ce serait similaire à un accord commencé en 2007 avec l’usine d’éthanol de Tharaldson près de Casselton dans lequel les eaux usées traitées de l’usine de North Fargo sont expédiées par un pipeline de 26 milles et 12 pouces pour être utilisées dans le traitement.

La majeure partie des eaux usées traitées est utilisée dans le traitement industriel ou s’évapore, moins de la moitié étant ensuite renvoyée à l’usine de la ville où elle est à nouveau traitée puis rejetée dans la rivière Rouge.

Le directeur de l’utilitaire de récupération d’eau, Jim Hausauer, a déclaré que toute eau usée traitée par l’usine régionale passe par deux systèmes de nettoyage qui donnent une eau de qualité presque potable. Il peut ensuite être vendu à des fins industrielles.

L’eau est conforme aux normes du Département de la santé du Dakota du Nord et de l’Agence fédérale de protection de l’environnement, a déclaré Hausauer.

L’administrateur de la ville, Bruce Grubb, a déclaré lors de la présentation du plan aux commissaires le lundi soir 4 avril, que la ville travaillerait avec l’entreprise et le district des utilisateurs d’eau ruraux de Cass sur un accord.

L’effort impliquerait des améliorations de l’infrastructure, y compris l’expansion de l’installation locale de traitement des eaux usées et du pipeline.

Le Cass Rural Water Users District financerait les améliorations nécessaires, la société de soja remboursant la dette.

Une fois en place, la ville serait propriétaire et exploiterait l’ajout de la nouvelle usine, avec un coût estimé à environ 10 millions de dollars. La construction pourrait commencer dès la fin de l’année.

Sur la base des quantités recherchées par l’usine de soja, la ville toucherait environ 900 000 dollars par an en revenus bruts, augmentant ainsi les revenus du pays provenant de son usine régionale. Tharaldson fournit actuellement environ 1,2 million de dollars de revenus bruts à la ville chaque année.

La nouvelle usine de broyage de soja utiliserait environ 800 000 gallons par jour d’eaux usées traitées, moins que les 1 million à 1,4 million de gallons que Tharaldson, l’une des principales usines d’éthanol du pays, utilise actuellement par jour.

La ville rejette actuellement environ 15 millions de gallons d’effluents par jour dans la rivière Rouge, mais cela serait réduit avec le nouveau client.

Hausauer a déclaré que des études d’ingénierie ont montré que la réduction des eaux usées traitées en les détournant à des fins industrielles “ne causerait aucun dommage aux utilisateurs en aval”.

Dans une interview après la réunion, Hausauer a déclaré que ce serait un “gagnant-gagnant” pour toutes les personnes impliquées. Il a dit que cela utiliserait les eaux usées traitées, aiderait l’usine et fournirait ce revenu supplémentaire à Fargo.

Le commissaire John Strand a demandé si ce serait un fardeau pour l’approvisionnement en eau douce de Fargo. Grubb a déclaré que cela n’aurait aucun effet car il ne s’agit que d’eaux usées.

La nouvelle usine aurait besoin d’une très petite quantité d’eau potable fraîche, mais celle-ci serait fournie par le district des eaux rurales du comté de Cass, a déclaré Hausauer.

Fargo fournit également des services de traitement des eaux usées et d’eau pour West Fargo, Horace, Oxbow, Harwood et d’autres petites communautés.

L’usine de soja devrait écraser 42,5 millions de boisseaux de soja au cours de la première année et est une coentreprise entre les transformateurs de soja du Minnesota et CGB Enterprises, basée en Louisiane. Les agriculteurs ont fortement soutenu le projet en tant qu’autre débouché pour leur récolte.

Certains résidents de Casselton, cependant, se sont opposés à l’emplacement de l’usine en faisant valoir qu’elle est trop proche de sa zone résidentielle avec des préoccupations concernant les odeurs, le bruit, la circulation et la pollution lumineuse, selon le maire Lee Anderson.

Le maire, qui s’est dit neutre sur l’emplacement de l’usine jusqu’à présent, a déclaré que l’entreprise organiserait deux jours de réunions la semaine prochaine pour répondre aux questions sur le projet des résidents et même du conseil municipal. Ils auront lieu à 12h et 19h les mardi 12 avril et mercredi 13 avril à la salle de réunion Agveris.

Anderson a déclaré que le conseil municipal n’avait pas encore reçu beaucoup de détails sur le projet, mais a déclaré que les réunions devraient aider. Il a déclaré que la commission d’urbanisme et de zonage examinera le permis de zonage nécessaire à l’usine dans la propriété extraterritoriale du pays fin avril, le conseil municipal prenant alors la décision finale.

Leave a Comment