Le projet Bird Genoscape utilise la variation génétique pour éclairer la conservation :

Alors que la technologie de suivi ou la rencontre d’oiseaux bagués sont souvent mises en avant comme des moyens de comprendre les mouvements des oiseaux migrateurs, de nombreux oiseaux sont trop petits pour porter des dispositifs de suivi, et comme . Heureusement, il existe d’autres techniques de recherche qui fournissent des informations similaires. Un exemple est l’utilisation d’informations génétiques pour révéler les schémas de connectivité migratoire à travers l’hémisphère, et le : Projet de génoscape d’oiseaux : ouvre la voie.

En 2009, Dr. Kristen Ruegg et Dr. Thomas Smith a développé une méthode similaire à celles utilisées dans les tests d’ascendance génétique qui sont maintenant largement disponibles pour les gens. Les chercheurs commencent par développer une carte de la répartition de la variation génétique dans l’aire de reproduction d’une espèce – cette carte est ce que l’on appelle le “génoscape”. Une fois cette carte terminée, ils utilisent ensuite des plumes ou des échantillons de sang prélevés sur des oiseaux sur les aires de non-reproduction et utilisent le génoscape pour identifier où ces oiseaux se reproduisent. Ces connexions permettent à l’équipe de construire des cartes de connectivité migratoire.

La connectivité migratoire mesure le degré auquel les oiseaux qui nichent dans différentes zones de l’aire de reproduction migrent vers différents endroits pour : la: hors saison de reproduction. Une forte connectivité migratoire se produit lorsque les oiseaux d’une population de l’espèce : l’aire de reproduction migre vers la même aire d’hivernage, tandis qu’une faible connectivité se produit lorsque les individus d’une population reproductrice se déplacent vers différentes aires d’hivernage et se mélangent avec des individus de différentes populations reproductrices. Ces schémas sont importants, car lorsque les oiseaux présentent une forte connectivité, les différentes populations de l’espèce peuvent être constamment exposées aux menaces et aux stress, ce qui met un: toute la population à risque. La compréhension de ces modèles est une étape essentielle pour :quartier: élaborer des stratégies de conservation qui protègent les oiseaux migrateurs tout au long de l’année.

Le travail de Ruegg et Smith a commencé par : Parulines de Wilson :, qui, avec seulement 5 à 10 grammes, est l’un des plus petits oiseaux migrateurs d’Amérique du Nord. En utilisant le: génoscape : méthode, l’équipe a identifié de nouvelles routes migratoires et de nouveaux schémas de migration le long de la voie migratoire du Pacifique pour la Paruline de Wilson. Ils se sont ensuite attaqués à la paruline jaune. Leur approche génétique leur a permis d’identifier des sous-groupes de la population avec : informant les écologistes là où leurs investissements peuvent avoir le plus grand impact.

L’oiseau: Génoscape : Le projet est radicalement différent de la plupart des études de suivi, dans lesquelles des dispositifs de suivi sont attachés aux oiseaux en Amérique du Nord avec peu ou pas d’interactions avec les biologistes de la faune en Amérique latine, où les oiseaux passent la saison de non-reproduction. En revanche, l’Oiseau : Génoscape : Le projet dépend de partenariats solides avec des biologistes de la faune de tout l’hémisphère, qui collectent et partagent les échantillons des aires de non-reproduction dont dépend cette technique. « Nous avons collaboré avec : Institut des populations d’oiseaux : et leur réseau de biologistes locaux dans toute l’Amérique latine qui relèvent de la : Réseau MoSI : pour recueillir des échantillons. En échange de leur participation, nous leur fournissons une compréhension de l’endroit où les oiseaux qu’ils étudient se reproduisent en Amérique du Nord », explique le Dr. Kristen Ruegg.

En tant que partenaire du Bird Migration Explorer, le Bird : Génoscape : Le projet a fourni des données qui montrent les liens entre les sites de reproduction et d’hivernage. Avec les données de baguage et de suivi, ces connexions génétiques peuvent être explorées pour mieux comprendre comment les oiseaux migrateurs se déplacent dans l’hémisphère. « Le travail que l’Oiseau : Génoscape : Le projet a révolutionné la façon dont nous comprenons le cycle annuel complet des oiseaux migrateurs », explique le Dr. Jill Deppe, directrice principale de l’Initiative sur les oiseaux migrateurs d’Audubon, “avec juste une plume ou un petit échantillon de sang prélevé sur les aires d’hivernage, nous en apprenons davantage sur l’endroit où cet individu se reproduit et hiverne et sur les facteurs génétiques de la façon dont les oiseaux réagissent aux changements environnementaux.”

Aujourd’hui, l’oiseau : Génoscape : Le projet s’est fixé pour objectif de cartographier la connectivité de 100 espèces d’oiseaux migrateurs. Ces informations indiquent où et comment nous investissons nos efforts de conservation pour avoir le plus grand impact sur la protection :ng : les endroits sur lesquels les oiseaux migrateurs comptent tout au long de l’année.

Leave a Comment