La Russie intensifie ses représailles économiques avec une offre de rachat du rouble Eurobond

Une vue montre des pièces en roubles russes sur cette photo d’illustration prise le 26 octobre 2018. Photo prise le 26 octobre 2018. REUTERS/Maxim Shemetov

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

  • L’offre de paiement du rouble Eurobond ravive les craintes de défaut
  • Moscou ne dit pas si les détenteurs d’obligations doivent prendre des roubles
  • La Russie a déjà exigé des paiements de gaz en roubles
  • Le déménagement peut aider les habitants confrontés à des restrictions de paiement en dollars

LONDRES, 29 mars (Reuters) – La Russie a riposté à ce qu’elle a qualifié de “guerre économique” avec l’Occident mardi en proposant de racheter ses euro-obligations de 2 milliards de dollars arrivant à échéance le mois prochain en roubles plutôt qu’en dollars.

L’offre du ministère des Finances sur les euro-obligations arrivant à échéance le 4 avril, le plus gros paiement de dette de la Russie cette année, fait suite aux mesures occidentales visant à durcir les sanctions contre le pays suite à son invasion de l’Ukraine et à geler Moscou de la finance internationale.

Moscou, qui qualifie ses actions en Ukraine d'”opération militaire spéciale”, a déclaré que les mesures occidentales équivalaient à une “guerre économique”. En réponse, il a déjà demandé aux entreprises étrangères de payer le gaz russe en roubles plutôt qu’en dollars ou en euros. Lire la suite

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Il n’était pas immédiatement clair si les détenteurs d’obligations seraient contraints d’accepter des roubles s’ils rejetaient l’offre, une décision qui romprait les conditions de l’obligation et augmenterait à nouveau la perspective du premier défaut souverain externe de la Russie en un siècle.

Les créanciers ont déclaré que cela pourrait viser à aider les détenteurs russes qui sont désormais confrontés à des restrictions pour recevoir des paiements en dollars.

“Il s’agit d’une offre publique d’achat et non d’une décision finale selon laquelle ces obligations seront payées en roubles. Peut-être que les autorités russes veulent évaluer la volonté des investisseurs d’accepter le paiement en roubles ?” a déclaré l’analyste de crédit de Seaport Global Himanshu Porwal.

Tim Ash de BlueBay Asset Management, qui n’est pas détenteur d’obligations, a déclaré que cette décision s’inscrivait dans le cadre d’une riposte de la banque centrale et du ministère des Finances russes “pour éviter les défauts de paiement et stabiliser les marchés et le rouble”.

Ash a déclaré que l’Office of Foreign Assets Control (OFAC) des États-Unis, qui applique les sanctions américaines, “devrait indiquer clairement” qu’il ne prolongera pas la date limite du 25 mai pour que les personnes ou entités américaines reçoivent des paiements sur les obligations souveraines russes.

Le ministère russe des Finances a déclaré mardi dans son communiqué que les détenteurs d’obligations devraient soumettre leurs demandes de vente de leurs avoirs au National Settlement Depository entre 13h00 GMT le 29 mars et 14h00 GMT le 30 mars.

PAIEMENT SÉCURISÉ

Les euro-obligations seraient achetées à un prix équivalent à 100% de leur valeur nominale, a-t-il précisé.

Un gestionnaire de fonds a déclaré que l’offre du ministère pourrait être conçue pour aider les investisseurs russes à sécuriser le paiement car Euroclear, un système de règlement international, avait bloqué les paiements en dollars au système de compensation russe.

“Tout le monde veut des dollars en ce moment – à l’intérieur et à l’extérieur de la Russie – donc je suppose que seuls les détenteurs locaux et les banques locales qui ont des problèmes avec les sanctions utiliseront cette opération”, a déclaré Kaan Nazli, gestionnaire de portefeuille chez Neuberger Berman, qui a récemment réduit son exposition à la dette souveraine russe.

Nazli, qui a déclaré qu’il n’avait jamais vu de rachat qui changeait la devise de remboursement, a ajouté qu’il était peu probable que les investisseurs étrangers soient intéressés étant donné que le rouble “n’est plus une monnaie convertible”.

Le rouble s’est d’abord effondré après que l’Occident a imposé des sanctions, plongeant jusqu’à 40% en valeur par rapport au dollar depuis le début de 2022. Il s’est depuis redressé et s’échangeait d’environ 10% à Moscou mardi.

Le ministère des Finances n’a pas fourni de ventilation des détenteurs étrangers et russes de l’Eurobond-2022. Il n’a pas répondu à une demande sur le montant des 2 milliards de dollars restants qu’il souhaitait racheter ou sur ce qui se passerait si les investisseurs refusaient l’offre.

L’obligation a un délai de grâce de 30 jours et aucune disposition pour les paiements en devises alternatives, a déclaré JPMorgan.

Selon la base de données Refinitiv eMAXX, qui analyse les dépôts publics, de grands gestionnaires d’actifs tels que Brandywine, Axa, Morgan Stanley Investment Management, BlackRock figuraient récemment parmi les détenteurs de l’obligation arrivant à échéance le 4 avril.

Le ministère des Finances avait déclaré plus tôt mardi qu’il avait intégralement payé un coupon de 102 millions de dollars sur l’Eurobond russe dû en 2035, son troisième versement depuis que les sanctions occidentales remettaient en cause la capacité de Moscou à assurer le service de sa dette en devises.

Les remboursements de la dette souveraine russe ont jusqu’à présent été effectués, évitant un défaut de paiement, bien que les sanctions aient gelé une partie des énormes réserves de change de Moscou. Les responsables russes ont déclaré que tout problème de paiement entraînant une déclaration formelle de défaut serait un défaut artificiel.

Le prochain paiement de la Russie aura lieu le 31 mars, date à laquelle un paiement de 447 millions de dollars arrivera à échéance. Le 4 avril, elle devrait aussi verser 84 millions de dollars en coupon d’une obligation souveraine en dollars de 2042. Lire la suite

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Reuters ; Écrit par Edmund Blair; Montage par Alexander Smith et Carmel Crimmins

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

.

Leave a Comment