Greenwashing? UN appoints panel to probe firms on climate efforts | Climate News

Le panel de 16 membres fera des recommandations avant la fin de l’année sur les normes et les définitions pour fixer des objectifs de zéro net.

Le chef de l’ONU a annoncé jeudi la nomination d’un groupe d’experts dirigé par l’ancien ministre canadien de l’environnement pour examiner si les efforts des entreprises pour lutter contre le changement climatique sont crédibles ou mesurer le “greenwashing”.

Ces dernières années ont vu une explosion des promesses des entreprises – y compris des compagnies pétrolières – de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre à “zéro net” alors que les consommateurs s’attendent à ce que les entreprises assument une partie du fardeau de la réduction de la pollution. Mais les militants écologistes affirment que bon nombre de ces plans sont au mieux peu clairs, au pire conçus pour donner aux entreprises une belle image alors qu’elles alimentent en fait le réchauffement climatique.

« Les gouvernements ont la part du lion de la responsabilité d’atteindre des émissions nettes nulles d’ici le milieu du siècle », a déclaré le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, ajoutant que cela était particulièrement vrai pour le groupe des 20 principales économies émergentes et industrialisées qui représentent 80 % de la population. les émissions de gaz à effet de serre.

“Mais nous avons également besoin de toute urgence que chaque entreprise, investisseur, ville, État et région donne suite à ses promesses de zéro net”, a-t-il déclaré.

Le panel de 16 membres fera des recommandations avant la fin de l’année sur les normes et les définitions pour fixer des objectifs de zéro net, comment mesurer et vérifier les progrès et les moyens de les traduire en réglementations internationales et nationales.

En plus d’examiner les engagements nets zéro du secteur privé, il examinera également les engagements pris par les gouvernements locaux et régionaux qui ne relèvent pas directement de l’ONU. Cependant, il ne “nommera pas et ne fera pas honte” aux entreprises individuelles, a déclaré l’envoyé de l’ONU pour le climat, Selwin Hart.

Le panel comprend l’éminent climatologue australien Bill Hare, l’expert en finance durable basé en Afrique du Sud Malango Mughogho et l’ancien gouverneur de longue date de la Banque populaire de Chine, Zhou Xiaochuan.

Il sera présidé par Catherine McKenna, qui a été ministre de l’Environnement et du Changement climatique du Canada de 2015 à 2019.

McKenna a exhorté les entreprises à ne pas considérer les engagements nets zéro comme une “carte de sortie de prison gratuite”, et a déclaré qu’elle soutenait l’idée d’inclure toutes les émissions dans les nouvelles normes, y compris celles résultant de l’utilisation d’un produit de l’entreprise.

Un expert extérieur a qualifié la création du nouveau panel de “bien en retard”, notant que des objectifs tels que “net zéro” sont interprétés de différentes manières par les entreprises et les responsables.

Harry Fearnehough, analyste des politiques au NewClimate Institute, a déclaré que le groupe de réflexion avait récemment examiné plusieurs grandes entreprises et trouvé “un certain nombre de problèmes critiques avec les promesses de zéro net, dont beaucoup induisent en erreur les consommateurs, les régulateurs et les actionnaires”.

Gilles Dufrasne de l’organisation à but non lucratif Carbon Market Watch a également salué le nouveau groupe d’experts de l’ONU, mais l’a exhorté à émettre des recommandations claires et significatives.

“Tout comme les objectifs qu’il visera à réglementer, ce groupe doit passer des paroles aux actes, et délivrer des critères stricts qui mettent fin au greenwashing”, a-t-il déclaré.

Un rapport publié le mois dernier par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat de l’ONU a révélé que plus de trois milliards de personnes dans le monde sont déjà menacées par le réchauffement climatique.

Le panel publiera un autre rapport la semaine prochaine qui devrait confirmer que le monde n’est pas sur la bonne voie pour atteindre l’objectif de plafonnement de la hausse de la température à 1,5 degrés Celsius (2,7 Fahrenheit) d’ici la fin du siècle, qui a été fixé en 2015 Paris accord climatique.

“Si nous ne voyons pas de réductions d’émissions significatives et durables au cours de cette décennie, la fenêtre d’opportunité pour maintenir 1,5 en vie sera fermée – pour toujours”, a déclaré António Guterres. “Et ce sera un désastre pour tout le monde.”

.

Leave a Comment