Fossil fuel backers overshadow climate change talks in Dubai

DUBAÏ, Émirats arabes unis (AP) – Une série de sommets cette semaine à Dubaï ont abordé la menace du changement climatique, ou du moins reconnu qu’un pivot des combustibles fossiles vers des sources d’énergie plus propres est nécessaire pour empêcher les températures d’augmenter.

Les lignes de faille flagrantes, cependant, reposent sur le moment et la manière d’y parvenir. Pour les producteurs de combustibles fossiles, comme les Émirats arabes unis, qui ont accueilli les rassemblements, davantage d’investissements, et non moins, sont nécessaires dans le pétrole et le gaz.

“En ce moment, nous devons absolument inclure toutes les ressources disponibles”, a déclaré le ministre de l’Énergie des Émirats arabes unis, Suhail al-Mazrouei, lors d’un forum sur l’énergie à Dubaï.

« Nous ne pouvons pas ignorer ou dire que nous allons abandonner certaines productions. Ce n’est tout simplement pas le bon moment, quelle que soit la raison pour laquelle vous avez », a-t-il déclaré, ajoutant que cela rendrait les prix trop élevés pour des millions de personnes dans le monde.

C’était un battement de tambour qui s’est fait écho tout au long de la semaine à Dubaï, reflétant la voix proéminente des producteurs de combustibles fossiles qui cherchent à avoir dans la conversation sur le changement climatique mondial. Il se classe au Forum mondial de l’énergie de l’Atlantic Council, au Sommet mondial des gouvernements et à une semaine du climat parrainée par les Émirats arabes unis en partenariat avec les Nations Unies.

Le secrétaire général de l’OPEP, Mohammad Sanusi Barkindo, a déclaré que lors des prochaines négociations de l’ONU sur le climat, connues sous le nom de COP27, en Égypte et de la COP28 de l’année prochaine aux Émirats arabes unis, les producteurs peuvent aborder les problèmes liés à “l’inclusivité pour s’assurer qu’aucun secteur n’est laissé pour compte, pour résoudre le problème de investissement dans l’industrie et de réévaluer la conversation. »

Il a déclaré que limiter l’augmentation de la température mondiale à 1,5 degrés C (2,7 degrés F) maximum et que le rôle du pétrole et du gaz “ne s’excluent pas mutuellement”. Cette quantité de réchauffement par rapport à l’époque préindustrielle est une référence et les scientifiques disent que le réchauffement au-delà exposera les gens du monde entier à des extrêmes bien plus extrêmes.

Pour enfoncer le clou, les partisans d’investissements accrus dans les combustibles fossiles ont souligné à plusieurs reprises les prix élevés actuels du pétrole et du gaz comme des rappels de la demande mondiale de pétrole. On s’est presque moqué parfois du fait que des pays comme les États-Unisle Royaume-Uni et d’autres demandent que l’utilisation des combustibles fossiles diminue à long terme, mais plaident également pour plus de pétrole faire baisser les prix pour les consommateurs.

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat des Nations Unies et d’autres organismes internationaux ont déclaré que pour lutter contre le changement climatique, il ne devrait pas y avoir de nouveaux investissements dans les infrastructures de combustibles fossiles et que les combustibles, qui sont principalement responsables du changement climatique, doivent progressivement disparaître.

Cela a été réitéré dans un rapport de 350 pages publié cette semaine par l’Agence internationale pour les énergies renouvelables qui a déclaré que le monde doit prendre des « mesures radicales » en investissant 5,7 billions de dollars chaque année jusqu’en 2030 pour s’éloigner des combustibles fossiles. L’IRENA, dont le siège social se trouve à Abu Dhabi, la capitale des Émirats arabes unis, a déclaré que des investissements de 700 milliards de dollars devraient être détournés du secteur des combustibles fossiles chaque année.

“La transition énergétique est loin d’être sur la bonne voie et toute action à court d’action radicale dans les années à venir diminuera, voire éliminera, les chances d’atteindre nos objectifs climatiques”, a déclaré Francesco La Camera, directeur général de l’IRENA, lors de la publication du rapport. .

L’OPEP, pondérée par l’Arabie saoudite, prévoit que davantage de pétrole sera nécessaire jusqu’en 2040 et au-delà, en particulier en Asie.

Le brut Brent se situe à 105 dollars le baril, le plus haut depuis huit ans. Les prix ne sont pas seulement bons pour les économies pétrolières de l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, mais aussi la Russie, aidant Moscou à compenser une partie de la douleur des sanctions imposées par les États-Unis liées à la guerre en Ukraine.

“Regardez ce qui se passe aujourd’hui. Qui parle de changement climatique maintenant ? Qui parle de s’occuper de la sécurité énergétique, d’abord et avant tout ? », a déclaré le ministre saoudien de l’Énergie, le prince Abdulaziz bin Salman, dans des remarques suggestives mais prudentes lors du Sommet mondial des gouvernements à Dubaï.

Sans sécurité énergétique, les pays perdront les moyens de lutter contre le changement climatique, a-t-il déclaré.

Des données récentes montrent que malgré la croissance rapide des énergies renouvelables, les émissions totales de gaz qui permettent à la Terre de se réchauffer augmentent, et non diminuent, dans un contexte d’augmentation de la demande d’énergie et d’expansion de l’utilisation des combustibles fossiles.

La directrice générale du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva, a encouragé les économies avancées à atteindre l’objectif de fournir 100 milliards de dollars par an en financement climatique aux pays en développement. Elle a fait ces remarques cette semaine lors du Sommet mondial des gouvernements de Dubaï, où elle a dévoilé un document du FMI intitulé “Feeling the Heat”, sur l’adaptation au changement climatique au Moyen-Orient.

L’argument avancé à plusieurs reprises par Sultan al-Jaber, qui est à la fois l’envoyé spécial des Émirats arabes unis pour le changement climatique et le directeur général de la compagnie pétrolière publique d’Abu Dhabi, est que la transition énergétique prendra du temps. Et pendant cette période, dit-il, le monde aura besoin de plus de pétrole et de gaz.

“En termes simples, nous ne pouvons pas et nous ne devons pas débrancher le système énergétique actuel avant d’avoir construit le nouveau”, a-t-il déclaré lors du forum sur l’énergie.

Lors de la semaine du climat soutenue par l’ONU, qui s’est déroulée dans le somptueux hôtel Altantis, il a dit que la pression pour se désinvestir des hydrocarbures a conduit à une crise de l’offre.

Dans son double rôle d’envoyé pour le changement climatique et de chef de l’ADNOC, la société pétrolière et gazière publique, al-Jaber symbolise les deux voies empruntées par les Émirats arabes unis. D’une part, le pays s’est engagé à zéro émission nette à l’intérieur de ses propres frontières d’ici 2050. D’autre part, il s’engage à produire davantage de pétrole et de gaz pour l’exportation. Les engagements du pays ne s’appliquent pas aux émissions provenant de la combustion de ce combustible.

Al-Jaber a résumé cette double voie, affirmant que les Émirats arabes unis augmentaient leur capacité de production de ce qu’ils ont qualifié de “pétrole le moins intensif en carbone au monde à plus de 5 millions de barils par jour” et sa capacité de gaz naturel de 30%. Simultanément, les Émirats arabes unis prévoient d’investir 160 milliards de dollars dans les énergies renouvelables pour atteindre leur engagement net zéro.

L’Arabie saoudite, qui s’est engagée à avoir des émissions nettes nulles d’ici 2060, réduit également les émissions au niveau national tout en promettant de continuer à pomper du pétrole jusqu’à la dernière goutte. Les augmentations de capacité de production surviennent alors que les pays arabes du Golfe connaissent la hausse des températures et de l’humidité, ainsi que la pénurie d’eau, menacent la sécurité alimentaire et la vie dans tout le Moyen-Orient.

Lors de l’événement de la Semaine du climat des Nations Unies, les participants soucieux de l’environnement ont siroté du café et du thé et se sont régalés de déjeuners buffet entre les panels et les ateliers sur tout, de la durabilité alimentaire à la rareté de l’eau en passant par les échanges de crédits carbone.

Cela a laissé Yara Wael, 23 ans, d’Alexandrie, en Égypte, enthousiasmée par le tour de son pays d’accueillir le grand sommet mondial sur le climat de cette année, mais elle a également été déconcertée. Elle travaille avec l’égyptien Banlastic, qui vise à mettre fin au plastique à usage unique, et c’était son premier voyage hors d’Égypte.

Elle a souligné comment les gobelets en papier pour le café et le thé auraient pu être biodégradables ou réutilisables, et s’est demandé où allaient tous les restes de nourriture du buffet.

“Lorsque nous organisons un événement sur l’environnement ou le changement climatique, nous devons penser à nous-mêmes et à ce que nous faisons maintenant”, a-t-elle déclaré.

___

Suivez Aya Batrawy sur Twitter à http: /twitter.com/ayaelb

___

La couverture climatique et environnementale de l’Associated Press reçoit le soutien de plusieurs fondations privées. En savoir plus sur l’initiative climatique d’AP ici. L’AP est seul responsable de tout le contenu.

.

Leave a Comment