Christopher Herrick : Pour conserver la faune, il faut respecter les différences

Ce commentaire est de Christopher Herrick, commissaire du Vermont Fish & Wildlife Department.

Lorsque les Vermontois équilibrent notre passion pour la faune avec un engagement envers le respect mutuel, notre État voit des résultats.

La première moitié de cette session législative illustre ce que cette approche peut accomplir. Après des années d’impasse réglementaire et législative, les comités des ressources naturelles de la Chambre et du Sénat ont travaillé avec le département de la pêche et de la faune du Vermont pour améliorer les projets de loi sur le gaspillage gratuit, le piégeage et la chasse aux coyotes à courre, fondant leurs efforts sur la science et un esprit de collaboration.

Les projets actuellement à l’étude visent à équilibrer les valeurs des militants de la faune avec celles des chasseurs et trappeurs, en s’appuyant sur l’expertise des départements scientifiques, gardes-chasse et éducateurs, aux côtés de responsables désignés. Ensemble, ces projets de loi offrent une chance de dépasser la récente impasse du Vermont en matière de gouvernance de la faune.

Mais parce que les Vermontois se soucient si profondément de la faune, nous devons constamment réaffirmer notre engagement à respecter ceux dont les opinions et les valeurs sont différentes des nôtres.

Ces dernières semaines, cet engagement a été mis à l’épreuve. Depuis le croisement législatif du 11 mars, j’ai vu les fils de la conversation publique autour de la gouvernance de la faune sombrer au niveau des attaques personnelles, des grossièretés et des menaces. Les militants de la faune, les chasseurs et les trappeurs, les élus et mon propre personnel ont tous été ciblés et harcelés.

En tant que commissaire de la pêche et de la faune, il est de mon devoir de rappeler aux habitants du Vermont que la faune de notre État ne peut pas se permettre ce comportement.

L’acrimonie sape l’attention des Vermontois sur les défis de conservation auxquels sont confrontées cinq espèces qui ont été nouvellement répertoriées comme menacées ou en voie de disparition cette année. Cela sape notre travail continu de lutte contre la perte et la fragmentation de l’habitat en réponse au développement et au changement climatique. En fin de compte, cela sape les efforts de mon propre personnel, des citoyens qui président le Fish & Wildlife Board et des élus qui s’efforcent de conserver la faune et les habitats du Vermont pour le plaisir de tous.

Conserver la faune pour tous signifie travailler avec des Vermontois qui ont des valeurs incroyablement diverses. Certains chérissent le fait que des esturgeons en voie de disparition nagent dans le lac Champlain, même s’ils n’en voient jamais. D’autres construisent une communauté en partageant des repas d’ours récoltés sur les terres d’un voisin ou de castors piégés dans les eaux publiques. D’autres encore trouvent un lien avec l’écosystème dont nous faisons tous partie lorsqu’ils entendent les bernaches du Canada crier pendant la migration. Je soupçonne que de nombreux Vermontois se reconnaissent dans plus d’un de ces exemples.

Certains peuvent voir cette diversité comme une invitation au jugement ou comme un obstacle à une bonne gouvernance de la faune. Je le reconnais comme l’un des plus grands atouts de notre État pour parvenir à une conservation durable et percutante. Mais pour obtenir ces impacts à long terme sur la conservation, les Vermontois doivent se respecter même lorsque les différences semblent dans la façon dont nous valorisons la faune pour éclipser le fait que nous la valorisons tous vraiment.

Nous sommes à mi-chemin de la seconde moitié d’une session législative avec des implications importantes pour la gouvernance de la faune dans le Vermont. Avec tant d’enjeux, la tentation de rejeter la différence sera sûrement grande. Mais la division n’est pas le fondement d’une bonne prise de décision. Si nous espérons construire une politique durable de la faune ce printemps, nous devons le faire à partir d’un terrain d’entente.

Souvenons-nous de notre respect commun pour la faune et engageons-nous à une norme de respect mutuel alors que nous travaillons à sa conservation. C’est ce que la faune et les lieux sauvages du Vermont méritent de nous.

3 000 livres en 30 jours

Notre journalisme est rendu possible grâce aux dons de nos membres. VTDigger s’associe à la Children’s Literacy Foundation (CLiF) lors de notre Spring Member Drive pour envoyer 3 000 nouveaux livres aux jeunes du Vermont risquant de grandir avec de faibles compétences en littératie. Faites votre don et envoyez un livre dès aujourd’hui !

Classé sous :

Commentaire

Tags: équilibrer les valeurs, Christopher Herrick, chasseurs et trappeurs, Vermont Fish & Wildlife, activistes de la faune

Commentaire

À propos des commentaires

VTDigger.org publie 12 à 18 commentaires par semaine à partir d’un large éventail de sources communautaires. Tous les commentaires doivent inclure le prénom et le nom de l’auteur, sa ville de résidence et une brève biographie, y compris les affiliations avec des partis politiques, des groupes de pression ou d’intérêts spéciaux. Les auteurs sont limités à un commentaire publié par mois de février à mai ; le reste de l’année, la limite est de deux par mois, si l’espace le permet. La longueur minimale est de 400 mots et la longueur maximale est de 850 mots. Nous demandons aux commentateurs de citer des sources pour les citations et, au cas par cas, nous demandons aux rédacteurs d’étayer leurs affirmations. Nous n’avons pas les ressources nécessaires pour vérifier les commentaires et nous nous réservons le droit de rejeter les opinions pour des questions de goût et d’inexactitude. Nous ne publions pas de commentaires qui sont des approbations de candidats politiques. Les commentaires sont des voix de la communauté et ne représentent en aucun cas VTDigger. Veuillez envoyer votre commentaire à Tom Kearney, [email protected]